FAQ

Qu’est ce que le nettoyage cryogénique ?

C’est un processus où des particules solides de dioxyde de carbone (la glace sèche) sont propulsées à haute vitesse afin de frapper et nettoyer une surface. Ces particules sont accélérées dans un jet d’air sous pression, normalement entre 1 et 10 bars. S’il faut de plus hautes pressions, toutes nos unités peuvent nettoyer jusqu’à 16 bars.

Quelle est l’origine de la technologie ?

Elle retrouve ses origines chez Lockheed dans les années 70 quand Calvin Fong, l’ingénieur des machines à enduire, cherchait des façons de rajeunir l’apprêt des avions. Le procédé de cryogénie était également utilisé par l’armée Américaine pour nettoyer, sur les portes avions, les pistes de décollage ainsi que les réacteurs d’avion

Le nettoyage par cryogénie, comment enlève-t-il les contaminants ?

En enlevant un contaminant cassant comme la peinture, le processus produit une onde de compression entre l’enduit et le substrat. Cette onde a une puissance suffisante de casser la cohésion et fait tomber l’enduit.

En enlevant des enduits malléables ou visqueux comme l’huile, la graisse ou la cire, l’action de nettoyage est un processus de vidange comme avec l’eau sous haute pression. Lorsque les particules frappent la surface, elles sont comprimées et aplaties, produisant un jet de neige à haute vitesse qui lave la surface.

En enlevant un contaminant cassant comme la peinture, le processus produit une onde de compression entre l’enduit et le substrat. Cette onde a une puissance suffisante de casser la cohésion et fait tomber l’enduit.

En enlevant des enduits malléables ou visqueux comme l’huile, la graisse ou la cire, l’action de nettoyage est un processus de vidange comme avec l’eau sous haute pression. Lorsque les particules frappent la surface, elles sont comprimées et aplaties, produisant un jet de neige à haute vitesse qui lave la surface.

Qu‘est-ce qui arrive à la glace sèche lorsqu’elle frappe la surface ?

Elle se sublime (en s’expensant 700 fois son volume) et retourne à l’atmosphère en forme de gaz carbonique (CO2). Le CO2 est un élément d’origine naturel qui constitue moins de 1% de notre atmosphère.

Qu’est qui arrive au contaminant ?

Il est transféré d’un endroit indésirable, à un endroit où on peut s’en occuper plus facilement. Des contaminants secs tombent au plancher où on peut se servir d’un balai ou d’une souffleuse pour les ramasser.

Quel est la différence entre le sablage et la cryogénie?

Le sablage nettoie par l’abrasion, mais sans distinction, entre le résidu et le support. En revanche le nettoyage cryogénique, nettoie grâce à la sublimation des pellets, s’expansant 700 fois leur volume lors de la projection, elle permet de décrocher l’ensemble des résidus sans jamais attaquer le support et sans déchets secondaires.

Est-ce que le nettoyage cryogénique endommage le substrat ?

Non, sur les supports fermé de type acier, fonte, inox, aluminium, plastique, cuivre, câblage, pierre. La glace se transforme immédiatement en gaz lors de l’impact. Sur des supports poreux, il faudra faire attention, et régler correctement la pression d’utilisation (exemple nettoyage de chalet en bois).

Peut-on nettoyer l’équipement chaud sur place ?

Vous pouvez nettoyer jusqu’à trois ou cinq fois plus rapidement chaud que froid. L’adhésion de la majorité des contaminants est plus faible à des températures chaudes. Et, parce que la glace sèche sublime au moment d’impact, le nettoyant n’est pas piégé. Parce que le nettoyage au jet de sable, de billes de verre ou d’autres abrasifs laisse des grains piégés, ces méthodes de nettoyage ne sont pas possibles sur place.

Le CO² refroidit-il le substrat ?

Oui, mais pas autant que vous le pensez. Le niveau de refroidissement dépend de trois facteurs primaires :
a) la masse de la surface cible
b) la durée d’application
c) le taux d’utilisation de glace.
Un moule de pneu pourrait typiquement baisser de 180°C à 160°C pendant le nettoyage.
Avec un moule très mince, la baisse de température peut être plus importante.

Le processus créera-t-il de la condensation ?

Seulement si vous refroidissez le substrat sous le point de rosée qui varie selon le climat local. Si vous nettoyez un moule chaud, il est peu probable que vous refroidissiez le moule sous le point de rosée. Il est donc rare de causer de la condensation.

Comment produit-on de la glace sèche ou glace carbonique ?

A partir du CO2 liquide récupéré lors de la fabrication d’engrais. Le CO2 existe en liquide seulement sous haute pression. Quand la pression baisse à la pression ambiante (la pression normale sur la terre), environ une moitié devient du gaz et l’autre moitié devient solide. À l’état solide, ressemblant à une neige duveteuse, il est comprimé en blocs ou pellets de différent diamètre.

Comment fait-on des pellets de glace sèche ?

Le CO2 liquide sous pression est ramené à la pression ambiante pour produire une neige. Cette neige est comprimée et poussée à travers une matrice pour former des pellets.

De combien d’air aurai-je besoin pour bien nettoyer ?

Normalement, on aura besoin de 4 à 8 bars avec un débit de 4 à 8 m3/min, mais cela dépend entièrement de l’application. La cryogénie peut très bien nettoyer avec un minimum d’air.

Peut-on modifier la quantité de glace carbonique ?

Oui, vous pouvez régler le débit en vous servant du panneau de commande.

Comment entreposer la glace carbonique ?

Puisque la température de la glace carbonique est de -80°C, le congélateur ne servira pas. Pour prolonger la durée de stockage, la meilleure chose à faire est de garder la glace sèche dans un coffre isolé. Selon la qualité du coffre et la quantité de glace stockée, les pertes dues à la sublimation. Comptez 4 jours pour une glace de qualité.

Les unités portatives, sont-elles faciles à déplacer ?

Une seule personne, peut facilement faire rouler n’importe quelle de nos unités portatives sans utiliser d’équipement spécial. Nos unités sont légères; une ou deux personnes peuvent les soulever.

Faut-il un sécheur d’air ?

L’équipement est conçu pour une opération avec de l’air sec et propre (c’est disponible dans la majorité des usines). Un sécheur d’air supplémentaire sera seulement nécessaire dans des circonstances exceptionnelles. Mais, vous devriez toujours ventiler les conduites d’air comprimé avant de les brancher à l’unité de nettoyage CO2. Cela éliminera l’eau et les saletés qui pourraient s’y trouver. Cela empêchera l’entrée des impuretés dans l’équipement.

Quel entretien est nécessaire ?

Très peu. Les unités de nettoyage au jet de CO2 sont conçues pour vous donner des années de fonctionnement sans problèmes avec un minimum d’entretien. Il faut garder de l’huile dans la burette à huile, vérifier les filtres de temps en temps et examiner les boyaux de temps en temps afin de vérifier qu’il n’y a pas de fissures ou d’abrasions.

Quelles sont les meilleures applications du nettoyage cryogénique ?

La gamme d’applications du nettoyage cryogénique est incroyable. Un petit échantillon de notre clientèle met cela en évidence facilement.

Le nettoyage au jet de CO2 est excellent pour nettoyer les outils de production en ligne parce que le masquage, le refroidissement et le démontage ne sont pas nécessaires. Nous avons obtenus des résultats exceptionnels en nettoyant les matériels de production des fonderies, des mouleurs de caoutchouc et de plastique, des fabricants de produits alimentaires, des imprimeurs, et de l’industrie des semi-conducteurs. Le nettoyage à la glace sèche est également répandu dans l’industrie nucléaire pour la décontamination.

Quand le volume de déchets où les risques de santé sont importants, il faudra considérer la rentabilité du CO2. Parce que le CO2 disparaît au moment de l’impact, il n’y a pas de déchets. Les processus concurrents comme le nettoyage par grenaillage ou par solvants ont souvent des problèmes d’évacuation des déchets ou des risques pour la santé.